Sample Texts

Taken from Machuel’s Eddalil, ou, Guide de l’arabisant dans l’étude des dialectes parlés (1901)

Emcèl (Proverbs)

 

Ṡàħib il-lsènìn maġdùd b’cnìn L’homme qui parle deux langues compte pour deux hommes
Me ttaġraf qìmet l-insèn ille b’il-lsèn La valeur de l’homme ne se révèle que par sa langue (son parler)
Fehm il-mqàṡid ybarri il-ɍṡàyiṡ L’intelligence des mobiles calme les angoisses
Ġallmùh l-wżu sbaq l’ij-jèmaġ On lui a appris à faire ses ablutions: il a précédé les autres à la mosquée
Sebbaq il-ħṡur qbel ij-jèmaġ Il a acheté les nattes avant (d’avoir construit) la mosquée
Sebġa ṡnèyiġ w’ir-rizq żàyiġ (Il connait) sept métiers et est sans ressources
Isqi id-dèlye yikbir il-ġanqùd Arrose le pied de vigne, la grappe grossira
Iŧġim il-fumm tstħi il-ġìn Donne à manger à la bouche, l’œil aura honte
Il-xiffe w’iċ-ċŧàra txallif il-mràra La légèreté et la malignité engendrent l’amertume
Dàr in-nejjàr w minɍìr bèb Maison de menuisier, sans porte
Ène niċfiq w’il-fàr yinfiq J’économise et le rat consomme (se montre prodigue)
Il-ġuŧċèn le tṡaffarlu w’ij-jìġàn le tġayyiŧ ġlìh Il n’est pas nécessaire de siffler pour faire boire celui qui a soif, ni d’appeler celui qui a faim
Illi yħibb iz-zìn me ystaɍlèċ il-mahr Celui qui cherche la beauté ne doit pas trouver la dot trop élevée
Duqq w le tqùl il-ġàr Frappe, mais ne dis pas de gros mots
Ġdèwet il-ġàqil xìr min ṡdèqat l-aħmaq L’inimité de l’homme intelligent vaut mieux que l’amitié du sot
Il-ħàfi yilbis kull nġàl Celui qui est (habituellement) nu-pieds met (s’accommode de) toute chaussure
Ġìċ nhàr tismaġ xbàr Vis un seul jour, tu entendras bien des nouvelles
Le yjùġ iđ-đìb w le yibki ir-ràġi (Il fait en sorte) que le loup n’ait pas faim et que le berger ne pleure pas (que tout le monde soit satisfait)
Irfissli njebbenlik Prépare-moi de la refissa, je te préparerai le caillé
Illi biċ tŧayybu ène nèklu neyy Ce que tu vas cuire, moi je le mangerai cru
Il-lsèn il-xfìf ystèhil il-qaṡṡ La langue légere mérite d’etre coupée
M’il-xdìm taġrif sìdu Au serviteur tu connaitras le maitre
Ħṡad zarġu axżar Il a moissonne son grain vert
Illi yuhrub minnik me tijri wràh Celui qui t’evite, ne cours pas apres lui
Kucrat il-klèm tŧayyaħ il-ħurme w kucrat iđ-đweeq tnaqqiṡ il-burme L’abondance du langage diminue la considération, de même que la fréquence de la dégustation diminue (le contenue de) la marmite
Illi talqàh rèkib ġle xaċbe qullu mebrùk he’l-ħṡàn A celui que tu rencontreras à cheval sur une perche, dis : « béni soit le coursier »
Qùl l’il-kelb ye xàli ħatte yaqŧaġ bìk il-wèd Dis au chien « mon oncle » jusqu’à ce qu’il t’ait aidé à traverser la rivière.
Men xdim il-mħàbir xidmittu il-mnèbir Celui qui est le serviteur des encriers est servi (à son tour) par les chaires
Ewwel hbèl illi yaġŧi bint ġammu l’ir-rjèl ; cèni hbèl illi yaŧlaġ l’is-sùq blèċ mèl ; cèlic hbèl illi yġànid iṡ-ṡyùde fi rùs ij-jbèl ; ràbiġ hbèl illi yġàrik w me ġle ktèfu rjèl Première folie : laisser épouser sa cousine germaine par des étrangers ; – Deuxième folie : aller au marché sans avoir de l’argent sur soi ; – Troisième folie : attaquer les lions sur la cime des montagnes ; – Quatrième folie : entamer une lutte sans avoir des soutiens
Illi fìh ŧabbe me ttxabbe Celui qui a un vice ne saurait le celer
Daxxàl id-dyàr emme kilme twjgħu welle kelb yifjġu Celui qui a l’habitude d’entrer dans les maisons, ou bien (entend) une parole qui le blesse (le fait souffrir), ou bien (rencontre) un chien qui l’effraie
Hèbìl bin hèbìl illi yŧàrid minɍìr qàbìl (Il est) fou, fils de fou, celui qui entame la lutte sans (avoir des) partisans
Hèbìl bin hèbìl illi yedfaġ dràhmu ble ċhùd, w yurqud w’in-nès qġùd (Il est) fou, fils de fou, celui qui donne sons argent sans temoins et qui reste etendu quand les gens sont assis
Kull sàqit lìh làqiŧ Tout ce qui tombe (trouve) ramasseur

Tċenċinèt (Riddles)

Đahru ġùd, w qalbu jlùd, w ċaġru ċġar il-qanfùd Son dos est en bois, son cœur en cuir, et ses poils sont semblables aux piquants du hérisson
Bìr fùq bìr w kull bìr b’ɍŧàh Un puits pose sur un autre puits, ayant chacun son couvercle